Home À la Une Europe – Résultats : Monde à l’envers et tarifs habituels

Quelques matchs se sont déroulés la nuit dernière avant un très grand nombre aujourd’hui et demain. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le spectacle était rendez-vous ! Résultats et détails ci-dessous.

La Supercoupe d’Espagne (matchs aller et retour) ouvrait sur un premier round à San Mames, où le grand Barça, qui vient de gagner un nouveau titre cette semaine, en Supercoupe d’Europe contre Séville, venait défier l’Atletic Bilbao. Le résultat est assourdissant car tellement inimaginable : 4 à 0 pour les locaux !

Un ouragan nommé Aritz Aduriz

Les Basques ont ouvert le score par un but absolument magnifique du défenseur central San José (qui jouait au milieu du terrain pour l’occasion). Sur un très long dégagement de son gardien, Ter Stegen, le bien nommé, sort de sa surface pour dégager de la tête, directement sur le numéro 6 sur la ligne médiane. Après un contrôle, il envoie une demi volée puissante et précise qui passe au dessus de la tête du portier adverse pour filer dans le but déserté. 1-0 dès la 13 ème minute.

Barcelone par Messi (mais il faut attendre les arrêts de jeu du premier acte) à l’occasion de revenir au score sur coup franc. Côté gauche devant la surface à 18 mètres, il enroule parfaitement sa frappe qui va vers la lucarne mais Iraizoz est à la parade, superbe.

Les Catalans reviennent avec de meilleures intentions mais Pedro échoue sur la barre transversale (50ème), c’était plus que chaud, et Messi écrase trop sa frappe sur un centre en retrait dans la minute suivante. Le renouveau sera vite éteint.

53ème, excellent travail de Merino qui déborde Dani Alves, pour centrer au point de réparation en direction d’Aduriz qui place une tête croisée imparable, en gagnant son duel contre Mascherano. 2-0

62ème, nouveau centre, mais venu de la droite cette fois-ci, Dani Alves remise directement sur un adversaire qui transmet en une touche à Aduriz, encore lui, qui reprend de volée à bout portant : 3-0

Finalement, sur un corner, alors que le ballon se dirige vers le second poteau, Dani Alves, toujours aussi peu inspiré, vient tamponner un adversaire au premier poteau qui n’avait aucune chance de disputer le ballon. Coup de pied de réparation logique et avertissement contre le Brésilien. Aduriz, toujours lui, transforme victorieusement. 4- 0, la messe est dite et Messi n’y pourra rien.

Après avoir failli manquer un trophée contre Séville mardi dernier, sauf miracle au Nou Camp, une récompense va bien, cette fois-ci, leur passer sous le nez. Tremblement de terre pour Luis Enrique et ses joueurs ! La défense : Dani Alves, Bartra, Mascherano, Adriano ne devra pas être reconduite, une vraie passoire.

Bayern Munich : tarif local, bière à volonté

Les Bavarois nous ont servi le menu 5 étoiles à l’Allianz Arena hier soir (comme souvent) contre Hambourg (les naufragés, depuis déjà trois saisons).

Dès la 27ème minute, Alonso à la baguette, dépose un caviar, sur coup franc aux abords de la surface, sur la tête de Benatia qui ouvre le score.

Au retour des vestiaires, un très mauvais renvoi de la tête de Matthias Ostrzolek permet à Lewandoski de reprendre le ballon facilement et de marquer à une dizaine de mètres de la cible. 2-0

Douglas Costa sauve un ballon qui allait sortir en touche, suite à une passe un peu trop appuyée, pour déborder côté droit et adresser un centre parfait de l’extérieur du gauche pour Muller qui coupe au premier poteau. Sa tête décroisée fait mouche : 3-0 (69ème).

A la 73ème, Lewandoski s’avance avant de délivrer une passe parfaite, tant dans la trajectoire que la vitesse, qui permet à Muller de dribbler le portier avant de tirer dans le but vide. 4-0

Douglas Costa, la nouvelle recrue est parfaitement intégrée et vient ouvrir son compteur but d’une belle frappe mi coup de pied, mi enroulée dans le petit filet gauche. Il venait de récupérer le ballon côté droit, suite à une énième grosse erreur défensive d’Ostrzolek, le latéral gauche, qui a vraiment passé une soirée cauchemardesque !

Le Bayern , comme les années passées, montre d’entrée, qui est le patron. L’an dernier, il avait fallu attendre Wolfsburg et la gifle cinglante donnée aux Munichois 4-0 pour assister à leur première défaite en championnat. On jouait alors la 18ème journée du 30 janvier 2015. Cette année, le couperet pourrait tomber plus tôt et c’est tant mieux. Rendez-vous le 23 septembre. Dortmund aura également sa chance quelques jours plus tard, le 3 octobre.

Manchester United : 1-0, what else?

Les Mancuniens de Louis Van Gaal font toujours peine à voir. On est presque soulagé pour eux qu’ils ne jouent que Bruges en barrages de Ligue des Champions ! Il semblerait en effet que toutes les autres équipes de ces mêmes barrages, soient nettement supérieures aux Red Devils actuellement. On pourrait quand même finir par se lasser de ce rodage perpétuel, à force. Vouloir faire jouer Rooney en pointe est une hérésie, il traverse ses matchs comme un fantôme.

Alors comme lors du précèdent opus contre Tottenham le week-end dernier (but contre son camp de Walker), United s’en est remis à une part de chance.

Januzaj, ce grand espoir belge de 20 ans, absent du premier match, car Young lui est préféré, avait pourtant montré la voie. Van Gaal l’a cantonné au banc de touche ou en réserve (U21) l’an passé. Lui, qui n’avait plus marqué depuis le 5 avril 2014 contre Newcastle, pouvait savourer.  Alors que nous jouons la 28 ème minute de la partie, Januzaj perce côté gauche et résiste par deux fois aux charges de l’athlétique et rugueux Gana avant d’écarter à gauche pour Depay. Le Néerlandais remise pour Mata qui décale Luke Shaw long de ligne. Ce dernier lui remet en une touche. Mata contrôle pied droit avant de centrer à ras de terre pour Januzaj aux avant-postes. Le belge feinte une frappe du gauche, qui a pour effet de voir le tacle du défenseur réduit à néant, avant de croier du droit à bout portant. Le ballon est légèrement dévié par un défenseur, touche le poteau mais va bien au fond du but !

Le fait du match. Alors que nous jouons la 38 ème minute et qu’Aston Villa bénéfice d’un coup franc, pendant la trajectoire du centre, Darmian vient attraper Micah Richards. Une saisie à la nuque et l’autre au maillot empêchent le Villan d’être bien placé à la retombée du ballon. Il manque sa tête qui passe loin du cadre. Le coup de pied de réparation était indiscutable ! (la fameuse part de chance)

Autant de spectacle en si peu de matchs, vivement tous les autres du week-end !

 

Actualité hors football supplémentaire