Home Ligue des Champions Real Madrid /Bayern Munich – Ancelotti peste l’arbitrage, Zidane botte en touche

Real Madrid /Bayern Munich - Ancelotti peste l'arbitrage, Zidane botte en touche

Hier soir se déroulait le match retour de quart de finale de Ligue des Champions entre le Real Madrid et le Bayern Munich. Le club bavarois n’a pas du tout apprécié les erreurs d’arbitrage comme il l’a indiqué à la suite de son élimination (1-2, 2-4 ap). Zinedine Zidane le coach madrilène n’a lui pas voulu entrer dans la polémique et a botté en touche au micro de Canal+.

« C’est la meilleure équipe contre qui j’ai joué depuis que je suis sur le banc du Real, et c’était mon match le plus difficile. Je ne parle jamais des arbitres, je n’en parlerais pas aujourd’hui. Leur travail est très difficile« .

Les joueurs du Bayern Munich estiment que l’expulsion d’Arturo Vidal n’aurait pas du se produire, car la faute qui lui vaut son second carton est imaginaire. Mais plus que tout les hommes d’Ancelotti enragent que les arbitres aient pu valider le second but du Real Madrid, alors que Cristiano Ronaldo est dans une position de hors jeu incontestable.

L’entraîneur italien du Bayern Munich n’a d’ailleurs pas été tendre avec l’arbitre, qu’il n’estime pas au niveau pour un match de quart de finale de Champions League.

« Vous savez, gagner à Madrid à l’issue du temps réglementaire, ce n’est pas quelque chose de facile. Après, les décisions arbitrales nous ont pénalisés. Entre les deux buts hors-jeu de Cristiano et le deuxième avertissement à Vidal, je ne peux pas être content. En quart de finale de Ligue des champions, on doit avoir un arbitre de meilleure qualité. Là, il y a eu trop d’erreurs. Je ne dis pas qu’avec un autre arbitre, on se serait qualifié, je dis juste qu’il y a eu trop d’erreurs« 

L’arbitrage et ses erreurs font souvent débats, et lorsqu’il est possible d’y mettre un terme grâce à la vidéo, les puristes crient à la mort du football.
Quoi qu’il en soit, entre le FC Barcelone face au PSG et le Real lors de cette rencontre, les clubs espagnols semblent favorisés par les erreurs. Il faut dire que les joueurs savent simuler et jouer la faute, tout en mettant la pression lorsqu’il le faut sur les arbitres adjoint.