Home À la Une Boca – River : Un Superclasico qui tourne au cauchemar

Ce vendredi, l’Argentine devait se réveiller après un somptueux clasico qui aurait divisé les humeurs, mais nous n’aurions pu imaginer un tel scénario.

Les faits

Hier soir, lors du match retour des huitièmes de finale de la Copa Libertadores opposant Boca Juniors et River Plate, les joueurs de River Plate ont été aspergés par un gaz piquant.  En effet, au retour des vestiaires, et alors que le match est toujours bloqué à 0-0, un “supporter” de Boca Juniors a réussi à introduire ce gaz dans le tunnel menant à la pelouse. De nombreux joueurs ont été touchés plus ou moins gravement. Ponzio, Kranevitter, Vangioni, Funes Mori et Martinez ont se rendre à l’hôpital des grands brûlés de Buenos Aires pour des examens. Les joueurs sont restés sur la pelouse pendant plus d’une heure attendant la décision de la Conmebol de continuer ou de suspendre le match, même si avec 4 joueurs dans l’impossibilité de jouer, on ne voyait pas comment le spectacle pouvait reprendre. Après une longue attente, l’ordre a été donné à l’arbitre de suspendre le match et une grande partie des 60.000 fans ont quitté l’enceinte de la Boca. Malheureusement, environ 10 000 personnes sont restées dans le stade et ont empêché les joueurs de River à rejoindre les vestiaires par l’intermédiaire de projectiles. Ce n’est qu’une heure plus tard que les Millonarios, sous un cordon policier, emmené par Rodolfo Arrabuarrena (l’entraîneur de Boca) ont réussi à rentrer. Suivi peu après par les joueurs de Boca, qui ont au passage salués les fans restants.

Les conséquences

Au lendemain des faits, on ne sait toujours pas si les 45 dernières minutes seront jouées. Et si elles sont jouées, le seront-elles à la Bombonera sans public, à Velez, San Lorenzo, Racing avec ou sans public ? Actuellement, la Conmebol est réunie à Luque, au Paraguay, pour statuer sur les faits et prendre les décisions qui s’imposent. La FIFA a fait part de son désir d’une sanction lourde pour le club. Toutefois, la police est pointée du doigt pour une organisation clairement déficiente et pourrait être mise en cause afin de réduire la suspension de stade. Les risques encoururent par le club cher à Maradona sont impressionnants. En effet, Boca risque de perdre le match sur tapis vert 3-0 et d’être éliminé de la Copa Libertadores, l’objectif principal des Xeneizes. Pire encore, la Bombonera pourrait être suspendue pour une durée allant de quelques matchs à un an (Coupe continentale et championnat). Toutefois, s’il paraît concevable de suspendre pour une longue durée le stade officiel de Boca Juniors, il apparaît compliqué de suspendre pour une telle durée les supporters de l’équipe la plus populaire d’Argentine. La solution de repli serait alors de jouer toute la saison au stade de Velez Sarsfield ou du Racing avec supporters. Boca pourrait aussi se voir interdire toute participation à la Copa Libertadores ou Sudamericana pour l’année 2016. Le supporter coupable des faits auraient été identifié comme un ancien abonné, à qui ont aurait retiré son abonnement et l’accès au stade pour violence. Il a non seulement blessé plusieurs joueurs, mais il a aussi empêché ses propres joueurs de se défendre sur le terrain. Une idiotie sans nom.

Des incidents qui éclatent une semaine après l’arbitrage scandaleux du match aller, quelques mois seulement après les incidents dont ont été victimes les joueurs de Boca au Monumental lors de le demi-finale retour de la Copa Sudamericana ou encore des incidents lors du match opposant San Lorenzo et River Plate en Février. Une chose est sûre, le football argentin n’en sort pas grandi, et il serait peut-être temps de remédier durablement à la violence qui l’entoure.