Home Ligue 1 L1 – LOSC : Le roman de Renard

Huit journées, une victoire, quatre nuls et trois défaites, deux buts pour, quatre contres et une 16e place. Les débuts du LOSC version Renard sont poussifs pour ne pas dire effrayants. Listons ici les plus et les moins.

D’abord joyeux anniversaire à Maitre Renard qui a aujourd’hui  (30/09) 47 ans. Mais passons aux choses sérieuses : les matches.

Lille – PSG : 0-1
Personne de raisonnable n’aurait misé un euro sur Lille. Le PSG est un club qui pour un joueur peut dépenser plus que ce que le LOSC dépense en 5 ans. Malgré une supériorité numérique durant plus de 60 minutes, le LOSC ne gagne pas, et une accélération suffit au PSG pour gagner.

Monaco – Lille : 0-0
Contrairement au PSG, l’ASM a connu des bouleversements durant l’intersaison. La deuxième locomotive du championnat de France était, du coup, plus “prenable”.  Au cours d’un match plutôt équilibré, et même par passage agréable à suivre, chaque équipe a sa mi-temps, et le LOSC passe près du hold-up en fin de match.

Lille – Bordeaux : 0-0
Un gros match, de grosses occasions de part et d’autre, des montants, du rythme et des gardiens au top : un bon match nul.

Lille – Gazélec Ajaccio : 1-0
Seule victoire du LOSC pour le moment. Concrètement, le LOSC a converti sa seule occasion de but et s’est fait piétiner le reste du match par un promu dominant sans être récompensé. A l’issue de ce match, Renard s’excusera même de la prestation de son équipe, c’est dire.

Lyon – Lille : 0-0
Lyon domine facilement mais se heurte au meilleur gardien de Ligue 1, la muraille Enyeama, tout simplement trop fort pour l’attaque lyonnaise ce soir-là. Le LOSC ratera même le hold-up, encore une fois.

Rennes – Lille : 1-1
Un arbitrage pro-breton, une expulsion injustifiée et un penalty arrêté par l’arrivant Maigan (jeune gardien transfuge du PSG) donnent le match le plus abouti du LOSC depuis le début de la saison, bien que pas récompensé. Le buteur Sofiane Boufal avait déjà frappé lors du match contre les Corses.

Reims – Lille : 1-0
Deuxième penalty stoppé par Maigan mais une défaite à la fin. Les Lillois ne sont pas assez tueurs et Tallo est une chèvre en difficulté.

Lille – Nantes : 0-1
Encore un but encaissé, encore une défaite, encore une prestation entre le mauvais et le médiocre. On notera tout de même la faute non sifflée dans la surface où un Nantais retient Basa en le ceinturant pour l’empêcher de placer une tête. Et le retour de Marvin Martin, même si en vérité pour les supporters ce retour fait plus peur qu’autre chose.

Le début est poussif mais certaine choses sont bonnes à prendre.
Renard ose, change de schéma pour trouver la bonne formule, crée du jeu, ne critique pas tout et tout le monde, est beau. Boufal, quant à lui, prouve que sa bonne fin de saison l’an dernier n’est pas un hazard (haha) : il dribble, accélère, élimine, mais est bien trop seul. Il reste le meilleur et seul (!) buteur lillois cette saison. Enyeama, toujours aussi fort, toujours aussi rapide, toujours infranchissable, le meilleur goal de Ligue 1 ne déçoit pas. De son côté, Basa reste un défenseur sous-coté. Qu’à cela ne tienne, il continue d’être très solide malgré tout, d’autant qu’il a perdu Kjaer et a récupéré Civelli (c’est moche).

Pour le reste
L’attaque est décevante, c’est le mot. La jeunesse de Guillaume et la faiblesse de Tallo montrent qu’il manque un tueur devant, sans oublier le manque de grinta. Au milieu, Mavuba et Balmont sont toujours aussi accrocheurs mais commencent à accuser leur âge. Le reste est mauvais et/ou pas au niveau : Obbadi est un joueur moyen au mieux, pas de quoi faire oublier les génies qui sont passés au LOSC. La défense n’est clairement pas la plus grosse lacune, mais Corchia ne monte plus comme du temps de Sochaux, tristesse. Sidibé garde son physique de buffle, et Civelli et Béria sont vieillissants mais efficaces.

Le LOSC, depuis le doublé en 2011, perd ses meilleurs éléments saison après saison, inlassablement. Et, même si chaque saison le club reste au sommet, l’absence de joueur capable de porter l’équipe sur une saison se fait sentir. Bien que Boufal soit bon, il n’a pas encore les épaules.

Que va donc faire Renard ? Revenir aux basiques de l’époque Girard, ou continuer à vouloir créer une équipe qui joue bien avec des joueurs moyens ? La saison n’est pas encore finie.